_________________________________________________________________________________

 

6- L'alimentation

 

1- Quel est le régime alimentaire des tortues terrestres méditerranéennes dans la nature ?


Les tortues terrestres méditerranéennes possèdent un régime alimentaire principalement herbivore. Les quelques études menées en milieu sauvage ou en semi-liberté soulignent à quel point il est étroitement lié aux ressources alimentaires disponibles au sein du lieu de vie occupé par les tortues. Leur choix s’effectue aussi en tenant compte de la disponibilité des aliments à une époque donnée : généralement, le printemps est propice à la consommation importante de végétaux à feuilles tendres et riches en eau alors que pendant l’été les tortues se contentent de végétaux secs. Cet opportunisme alimentaire répond aux contrastes marqués des saisons en milieu méditerranéen où la période hivernale particulièrement luxuriante fait place à une période estivale longue et aride.

 

L’organisme des tortues terrestres méditerranéennes s’est admirablement adapté à ces conditions de vie qui paraissent extrêmes du point de vue humain. Les tortues se nourrissent quotidiennement d’une grande quantité de végétaux qu’elles ingèrent à l’occasion de plusieurs repas étalés sur une journée. Les plantes les plus couramment consommées appartiennent à la famille des composées, graminées, herbacées et papilionacées. En revanche, les tortues dédaignent clairement les plantes aromatiques (thym, romarin, cistes, fenouil, lavande), les mousses et les lichens. Parallèlement à ce régime herbivore, elles ajoutent occasionnellement à leur menu toutes sortes d’aliments ; raisins, mûres, arbouses, figues, fruits divers tombés à terre, champignons, feuilles sèches, fragments d’écorces, brindilles et même parfois des aliments carnés : insectes (arthropodes et myriapodes), escargots, limaces, lombrics, cadavres d’animaux (lézards, oiseaux, rongeurs et autres mammifères).

 

L’absorption d’excréments d’animaux, de fragments d’os, de débris d’œufs et de terre procure aux tortues le calcaire et les sels minéraux dont elles ont besoin. Il leur arrive également d’ingérer de petits cailloux qui jouent probablement un rôle déterminant dans la digestion des végétaux. À partir des observations précédemment énoncées, on constate que le régime alimentaire des tortues terrestres est pauvre en matières grasses et en protéines. En revanche, il s’avère particulièrement riche en sels minéraux, calcite, oligo-éléments et eau. Cette observation est déterminante dans la sélection des aliments distribués aux tortues en captivité.

 

_________________________________________________________________________________

 

2- Peut-on favoriser la présence de plantes comestibles dans l’enclos des tortues terrestres ?


Oui. L’enclos doit être équipé d’une aire d’alimentation, c’est un espace délimité au sein duquel de nombreuses espèces végétales sont semées et entretenues. Les plantes sélectionnées comprennent le chénopode blanc, le cresson, le galinsoga, le laiteron, l’onagre, le pissenlit, le plantain, la roquette et le trèfle. Les tortues apprécient le trèfle, les longues feuilles tendres et effilées du laiteron ainsi que le pissenlit dont les fleurs jaunes sont particulièrement recherchées. Il faut donner la possibilité aux animaux de puiser au maximum dans les ressources végétales naturelles de l’enclos. Les graines de ces plantes sont disponibles dans la plupart des jardineries. Il suffit donc de les semer.

 

_________________________________________________________________________________

 

3- Quelles sont les plantes sauvages qu’il est possible de proposer à mes tortues ?


Du mois de mars jusqu’à la fin du mois de juin, il est possible de ramasser aux abords des champs et dans les fossés de nombreuses plantes sauvages (trèfle, pissenlits et laiteron). Ces végétaux sont lavés et distribués aux tortues quotidiennement et en grande quantité. À partir du mois de juillet, le soleil brûlant dessèche la végétation qui n’est plus disponible dans les milieux naturels. C’est à partir de ce moment là qu’il convient de distribuer en petite quantité aux tortues des végétaux et des fruits achetés dans le commerce (frisée, endives..).

 

_________________________________________________________________________________


4- En dehors des végétaux naturels, quels sont les aliments adaptés à l’alimentation des tortues terrestres ?


La distribution de plantes sauvages doit être privilégiée à tout autre aliment. Cependant, durant l’été il est difficile de se procurer assez de végétaux pour couvrir l’ensemble des besoins des tortues. Il convient donc de recourir à une alimentation de type artificielle. Attention, ces aliments sont à distribuer avec modération.

 

- Végétaux et fruits à distribuer quotidiennement au choix : endives, mâche, cresson, chicorée frisée, fanes de navet et de radis, raquettes du figuier de Barbarie, feuilles de brocoli,  feuilles de mûrier et de ronces, blettes, rutabaga, chou frisé, feuilles de betterave, tiges de brocoli, épinards, céleri en branche, figues sèches, oranges épluchées, figues de Barbarie.

 

- Végétaux et fruits à distribuer une fois par semaine au choix : salade romaine, feuilles et fleurs d’hibiscus, germes de soja, fraises, framboises, mûres, groseilles, myrtilles, tomates, pommes, poires, pêches, carottes (coupées en morceaux ou entières), courges, courgettes, concombres, melons et raisins.

 

- Aliments carnés (deux fois par mois maximum) : Les tortues se nourrissent dès qu’elles le peuvent du cadavre d’un oiseau ou d’un rongeur (souris, mulots…) qu’elles trouvent gisant dans leur enclos. En l’espace d’une heure, les tortues ne laissent du volatile que les os et quelques plumes. Cette observation souligne l’opportunisme alimentaire des tortues et leur nécessité de consommer de temps à autre des aliments carnés. Deux fois par mois, n’hésitez pas à éparpiller dans les enclos des tortues, adultes et jeunes, des os de volailles cuits (poulets, pintades, canards etc…). Les tortues en sont friandes.

 

_________________________________________________________________________________

 

5- Quels aliments sont déconseillés pour mes tortues ?


Les aliments à proscrire impérativement sont les suivants : pain trempé dans du lait, pâtes, œufs durs, riz, lait, yaourt, fromages, chocolat fondu, gâteaux, viandes (steak haché), poissons, fruits de mer, croquettes pour chiens et chats. Dans leur milieu naturel, les tortues sauvages possèdent une alimentation spécifique constituée quasi-exclusivement de végétaux. En captivité, elles révèlent leur gourmandise pour tous les mets appétissants, colorés, sucrés et riches en protéines. Les animaux n’hésitent pas à avaler goulûment les pâtées spéciales pour chiens ou chats. Ce régime alimentaire va à l’encontre des besoins physiologiques des tortues et expose la santé des animaux à de graves troubles. Une alimentation déséquilibrée est source de maladies le plus souvent difficiles à soigner ou à corriger : obésité, problèmes cardiaques, cancers, déformations de la carapace. La consommation trop régulière d’aliments mous (bananes, tomates, fruits divers) entraîne une excroissance du bec corné (appelé bec de perroquet). En temps normal, la tortue l’use en se nourrissant de végétaux secs et coriaces. La distribution répétée d’aliments inadaptés à ses besoins réduit considérablement son espérance de vie. Il faut toujours garder à l’esprit qu’une tortue mal nourrie en captivité est une tortue fragilisée.

 

_________________________________________________________________________________

 

6- À quelle fréquence doit se faire le nourrissage de ma tortue et quelle quantité faut-il distribuer ?


La consommation quotidienne des tortues varie en fonction des saisons et des sexes. Les mâles mangent autant que les femelles en mars, davantage d’avril à juin, et d’octobre à novembre. En revanche, les femelles se nourrissent plus abondamment de juillet à septembre. Les tortues ont besoin de manger à leur faim de façon à compenser les dépenses énergétiques liées à leur activité, surtout en période d’accouplement pour les mâles et de ponte pour les femelles. D’autre part, la prise alimentaire est régulée par la température ambiante. Rappelons que les tortues sont des animaux ectothermes (par opposition aux mammifères qualifiés d’homéothermes : à température constante), c’est-à-dire que leur température interne dépend des sources extérieures d’énergie.

 

L’activité des tortues est donc déterminée par la température environnante. S’il fait trop chaud ou trop froid, les tortues se mettent à l’abri et cessent toute activité. L’optimum thermique (température idéale) de la tortue d’Hermann est situé entre 25°C et 30°C. Á cette température, la tortue assure une activité soutenue (recherche de nourriture, reproduction). Il est inutile d’intervenir exagérément dans la vie des tortues en leur imposant par exemple un jour de diète. Les fluctuations thermiques engendrées par les caprices climatiques soumettent les tortues à des abstinences alimentaires régulières. Si la température est trop basse ou trop haute, les tortues ne s’alimentent pas.

 

_________________________________________________________________________________

 

7- Faut-il laver les aliments avant de les distribuer ?


Oui. Avant toute distribution de nourriture, les aliments sont soigneusement lavés. Attention aux résidus d’herbicides et de pesticides qui peuvent tuer vos animaux.

 

_________________________________________________________________________________

 

8- À quel moment de la journée faut-il distribuer la nourriture à mes tortues ?


La distribution de la nourriture se fait avant les grosses chaleurs dans un endroit ombragé (base d’un arbre, d’un arbuste ou d’une plante) dès les premiers signes d’activité des animaux. Exposés longuement au soleil, les végétaux et les fruits se dessèchent rapidement. Les aliments doivent rester frais au moins pendant toute la journée. L’été par exemple, ils sont distribués entre 8h30 et 10h. La nourriture est éparpillée à même le sol. Ainsi, les tortues ingèrent également un peu de terre et quelques petits cailloux. Ce qui représente un apport en sels minéraux et calcium non négligeable. Il est conseillé de ne pas déposer la nourriture toujours au même endroit afin que les animaux conservent leur instinct naturel lié à la recherche de nourriture.

 

_________________________________________________________________________________

 

9- Faut-il ajouter des compléments vitaminés dans la nourriture ?


Non. Il est inutile d’ajouter des compléments vitaminés dans la nourriture des tortues. Dans la mesure où l’alimentation est équilibrée, ces compléments ne sont pas nécessaires. En cas de mauvais dosage, ils peuvent causer des troubles graves (hypervitaminoses). Dès le départ, les tortues doivent bénéficier d’une alimentation adaptée comportant la plus grande variété possible de végétaux (sélectionnés pour leurs qualités nutritives). Il est conseillé de répandre sur le sol de l’enclos des coquilles d’huîtres, de moules et d’œufs écrasées ou encore des os de seiche. Pendant leurs promenades journalières, les tortues grappillent quelques fragments de coquilles qui les aident à calcifier leur carapace. Prenez l’habitude de constituer dans votre enclos des tas de compost où sont jetés tous les déchets d’origine végétale et minérale.

 

_________________________________________________________________________________

 

10- Ma tortue a-t-elle besoin de boire ?


Oui. Les tortues ont besoin de boire même si l’eau présente naturellement dans les végétaux suffit normalement à couvrir leurs besoins hydriques. Il convient d’aménager dans l’enclos un bassin peu profond facile d’accès (attention aux noyades) de manière à permettre aux tortues de s’abreuver dès qu’elles en éprouvent le besoin.

 

_________________________________________________________________________________

 

11- Le jardin qui héberge mes tortues terrestres comprend deux lauriers roses. Est-ce que cette plante est dangereuse pour mes tortues ?


Bien que le laurier rose soit considéré comme toxique, il ne présente pas de danger pour les tortues qui savent très bien faire la différence entre les plantes comestibles et celles qui ne le sont pas.