_________________________________________________________________________________

 

8- Les maladies et les soins

 

En captivité, les maladies contractées par les tortues sont le plus souvent le résultat de mauvaises conditions de maintenance. Les tortues terrestres ont des besoins spécifiques en matière de thermorégulation et d’alimentation. Le non-respect de leurs exigences physiologiques les fragilise dangereusement. La prévention est le meilleur traitement !!

 

Elle  consiste à offrir aux tortues des conditions de maintenance appropriées et une alimentation adaptée. Gardez à l’esprit qu’une tortue malade ne guérira jamais, et ce en dépit de traitements médicamenteux efficaces, si elle n’est pas placée dans des conditions adaptées. Certaines espèces sont plus fragiles que d’autres comme par exemple Testudo graeca, Testudo horsfieldii et Testudo marginata.

 

Ces tortues qui craignent le froid associé à une humidité importante développent souvent des rhinites. La solution n’est pas d’administrer indéfiniment aux tortues un traitement antibiotique mais d’adapter avant tout les infrastructures et l’alimentation en fonction des besoins des animaux.

 

_________________________________________________________________________________

 

1- Je viens d’acquérir une tortue. Faut-il la mettre en quarantaine ?   

         
Oui, c’est indispensable pour éviter que cette tortue transmette aux autres animaux des maladies infectieuses (rhinite contagieuse) ou des parasites (vers). Il faut isoler la tortue dans un enclos installé à l’écart des autres pensionnaires. Cette période de quarantaine facilite le dépistage éventuel de problèmes de santé. Surveillez attentivement l’état général de l’animal (dynamisme et locomotion), son appétit, ses yeux, sa respiration (écoulement nasal = rhinite contagieuse) et ses excréments (consistance et présence de vers). Il est recommandé de vermifuger si besoin la tortue dès son acquisition après avoir effectué une coproscopie, quelle que soit son origine (importée sauvage ou née en captivité). Une tortue malade ne doit pas intégrer un groupe de tortues saines. La durée de la quarantaine doit être relativement longue ( minimum 6 mois).

 

_________________________________________________________________________________

 

2- Quels sont les symptômes qui peuvent m’alerter sur l’état de santé de ma tortue ?


L’observation quotidienne de votre tortue permet d’anticiper et de faire face à des problèmes liés à sa santé. Une tortue malade présente un comportement anormal qui s’exprime par les symptômes suivants :


- Manque de dynamisme, perte de l’appétit et de poids.
- Démarche désynchronisée et frottement du plastron sur le sol.
- Respiration bruyante, sifflante, gueule entrouverte.
- Hypersalivation.
- Liquide épais s’écoulant des narines.
- Diarrhée
- Constipation.
- Enfoncement des globes oculaires.
- Larmoiements et paupières gonflées.
- Présence de tâches rouges sous les écailles des membres ou du plastron.
- Ramollissement de la carapace avec retard de croissance.
- Déformations de la dossière.

 

_________________________________________________________________________________

 

3- Je viens de constater que ma tortue a un problème de santé. Quelle attitude dois-je adopter ?


Cela dépend de votre expérience et de la pathologie constatée. Il est possible de soigner soi même sa tortue mais cela n’est possible que pour des pathologies simples (traitement antiparasitaire, plaie superficielle, taille du bec, conjonctivite). Dans ce cas, faites appel à d’autres éleveurs plus expérimentés qui vous guideront dans le diagnostic, dans le choix du médicament et dans l’application du traitement.. N’hésitez surtout pas à vous faire aider d’un amateur éclairé, d’un ami ou d’un parent pour les soins et la contention. En revanche, si vous êtes confronté à une blessure grave (plaie profonde nécessitant des points de suture, septicémie, rhinite récurrente, fracture importante de la carapace, paraphimosis, prolapsus du cloaque), il est fortement conseillé de consulter un vétérinaire spécialisé. 

 

_________________________________________________________________________________

 

4- Faut-il une autorisation spéciale pour transporter ma tortue d’Hermann de mon domicile au cabinet de mon vétérinaire ?


Vous n’avez pas besoin d’une autorisation de transport pour amener votre tortue chez le vétérinaire à condition de pouvoir justifier à tout moment de l’origine légale de votre animal. Si vous êtes titulaire du certificat de capacité ou si vous possédez un certificat d’agrément, vous pouvez amener votre tortue, accompagnée de son CIC, chez le vétérinaire sans autorisation préalable.
 

_________________________________________________________________________________


5- Ma tortue malade est sous traitement. À quelle température faut-il la maintenir ?


Une tortue malade est maintenue le temps nécessaire à sa guérison  dans un terrarium chauffé entre 28°C et 30°C. Elle doit être protégée des courants d’air. La chaleur active le métabolisme de la tortue en stimulant ses défenses immunitaires ainsi que les mécanismes de cicatrisation.

 

_________________________________________________________________________________

 

6- Les excréments de ma tortue contiennent de nombreux vers. Dois-je la vermifuger ?


Les tortues terrestres sont systématiquement porteuses, à l’état sauvage, de nombreux parasites internes (vers ronds, vers plats et protozoaires) qu’elles tolèrent très bien à condition qu’elles soient en très bonne santé. Le stress ou la maladie occasionnés par des mauvaises conditions de captivité entraîne une baisse des défenses immunitaires et peut provoquer  une prolifération de leurs parasites internes. Il est intéressant dans ce cas de figure d’effectuer un traitement vermifuge. Consultez votre vétérinaire pour le choix du produit et la posologie.

 

Remarque : Vous n’êtes pas obligé de vermifuger votre tortue tant qu’elle est en excellente santé même si vous notez la présence de quelques vers dans ses excréments.

 

_________________________________________________________________________________

 

7- Faut-il enlever les nombreux tiques qui sont fixées sur la peau de ma tortue ?


Oui. Les tiques sont fréquentes notamment chez les tortues sauvages récemment importées. Ces acariens hématophages se fixent sur les zones les plus fines de la peau : bases des pattes avants et arrières, plis du cou et pourtour des tympans.

 

Ce qu’il faut faire : Une tique est facile à enlever : un coton-tige imbibé d’éther est appliqué pendant une dizaine de secondes sur chaque tique. Le parasite est ensuite arraché à l’aide d’une pince à épiler en prenant soin de bien extraire son rostre logé sous la peau. Certaines tortues sont parfois envahies de tiques de tailles différentes. Si les grosses tiques sont aisées à ôter, la manœuvre est délicate pour les plus petites.

 

_________________________________________________________________________________

 

8- Ma tortue présente une plaie au niveau de la patte arrière. Que faut-il faire ?

 

Il n’est pas rare qu’une tortue se blesse ou qu’elle se fasse mordre par l’une de ses congénères (notamment lors des combats entre mâles), occasionnant des plaies susceptibles de s’infecter ultérieurement.

 

Ce qu’il faut faire : Il faut aider à la cicatrisation de la plaie en appliquant localement une solution antiseptique. Si la plaie est bénigne, il n’est pas nécessaire d’isoler la tortue. Elle peut demeurer en enclos extérieur. L’animal doit être cependant surveillé quotidiennement jusqu’à la cicatrisation pour éviter la ponte d’insectes (mouche) dans la plaie.

 

_________________________________________________________________________________

 

9- Un liquide translucide épais coule des narines de ma tortue qui respire avec difficulté. Est-elle « enrhumée » ?


Oui. Les tortues terrestres sont très sensibles aux courants d’air froids et humides. Une tortue enrhumée adopte une attitude caractéristique : sa bouche est entrouverte, l’entrée de la trachée est béante, l’intérieur de sa bouche est enduit de salive et on note souvent la présence d’une écume. Par des mouvements exagérés de ses membres antérieurs, elle semble ramée, c’est un signe de difficultés respiratoires qu’il faut prendre au sérieux. La présence de glaires dans la trachée provoque des sifflements audibles au cours de la respiration.  Deux types d’affections respiratoires sont fréquents chez les tortues terrestres :


- La pneumonie : Souvent fatale, la pneumonie est provoquée par le développement dans les sacs pulmonaires de bactéries qui profitent de la moindre baisse des défenses immunitaires de la tortue pour proliférer. La pneumonie est la conséquence d’un refroidissement brutal de l’animal notamment au niveau des poumons qui sont situés juste sous la partie supérieure de la dossière.

 

- La rhinite contagieuse : La rhinite contagieuse est très fréquente chez les tortues terrestres, notamment chez Testudo graeca et de manière plus exceptionnelle chez Testudo hermanni. Cette rhinite se manifeste principalement par la présence d’écoulements par les narines.

 

Ce qu’il faut faire : Isoler la tortue de ses autres congénères en la plaçant dans un terrarium intérieur chauffé et abrité des courants d’air. Un traitement antibiotique est bien souvent nécessaire, contactez votre vétérinaire. L’animal est replacé en extérieur lorsqu’il ne présente plus d’écoulements nasaux. Une tortue guérie d’une rhinite contagieuse est susceptible de rechuter à tout moment. Il faut l’abriter des courants d’air et la surveiller régulièrement notamment au printemps et à l’automne car l’alternance irrégulière des journées chaudes et froides fragilisent la tortue. Il est également conseillé d’isoler les individus fragiles, même guéris, d’un groupe sain. Cette remarque est d’autant plus valable pour la tortue mauresque (Testudo graeca) qui est particulièrement sujette à cette affection respiratoire.

 

_________________________________________________________________________________

 

10- Ma tortue a perdu beaucoup de poids et l’intérieur de sa bouche est couvert de pus solide. De quoi s’agit-il ?


Il s’agit vraisemblablement d’une stomatite. C’est une infection bactérienne de la cavité buccale des tortues. Elle apparaît généralement peu de temps après la sortie d’hibernation. La tortue refuse de s’alimenter. Elle maigrit et demeure prostrée dans un coin de l’enclos. Si l’on examine de près l’intérieur de la gueule de l’animal, on s’aperçoit que les faces internes du bec corné, les muqueuses buccales et l’entrée de l’œsophage sont couvertes de salive épaisse, voire sanguinolente et parsemées de chancres buccaux (« pus solide »). La stomatite survient toujours chez un animal en mauvais état général ou affaibli par une maladie concomitante.


Ce qu’il faut faire : Le curetage soigneux des abcès buccaux est accompagné par un traitement antibiotique par injections. Consultez votre vétérinaire.

 

_________________________________________________________________________________

 

11- Des tâches rouges sont apparues sous les écailles du plastron et ma tortue ne semble pas très vive. Est-ce grave ?


Oui. Il peut s’agir d’une infection généralisée appelée communément septicémie. La septicémie désigne l’envahissement brutal de l’organisme par des micro-organismes pathogènes lorsque les défenses immunitaires sont dépassées. Elle surgit toujours après une infection bactérienne (ex : pneumonie, otite…) et aboutit généralement à la mort de l’animal. Toute tortue brutalement léthargique et présentant des tâches rouges sur la face interne des membres postérieurs et sous les écailles du plastron doit être suspectée de septicémie.

 

Ce qu’il faut faire : Isoler la tortue dans un terrarium chauffé et lui administrer un traitement antibiotique. Consultez votre vétérinaire.

 

_________________________________________________________________________________
 
12- Les yeux de ma tortue sont fermés et gonflés. A-t-elle perdu la vue ?


Non, mais il faut agir rapidement. La conjonctivite des tortues se caractérise par un œdème et une inflammation des paupières. Les animaux demeurent souvent prostrés, les paupières closes et gonflées.


Ce qu’il faut faire : Cette maladie ophtalmologique se traite par des applications répétées (deux à trois fois par jour) de pommade oculaire antibiotique (GENTALLINE, OPHTALON) jusqu’à complète guérison.

 

_________________________________________________________________________________

 

13- Une boule est visible au niveau du tympan de ma tortue. De quoi s’agit-il ?


Il s’agit vraisemblablement d’une otite. Les tortues dont l’état de santé est précaire développent souvent une otite due à un refroidissement par courant d’air froid. Le pus, contenu sous pression derrière le tympan, est souvent visible à l’œil nu par transparence. Ce pus a une consistance solide  chez les reptiles et peut provoquer la rupture du tympan.

 

Ce qu’il faut faire : Consultez votre vétérinaire car le traitement est chirurgical, il consiste à inciser au scalpel le tympan pour extraire le pus. Cette opération est suivie de la mise en place d’une pommade cicatrisante autour et dans la plaie. La tortue est maintenue dans un local chauffé (28-30°C) situé à l’abri des courants d’air. La guérison intervient au bout de quelques jours seulement. La tortue peut ensuite être replacée dans son enclos extérieur.

 

_________________________________________________________________________________

 

14- Le cou de ma tortue est gonflé et son activité s’est ralentie. De quoi souffre-t-elle ?


Votre tortue souffre probablement d’une hypothyroïdie. S’ils sont consommés en grande quantité, certains végétaux (chou vert, chou frisé, chou-fleur, chou de Bruxelles, navet et brocolis) sont susceptibles d’engendrer une insuffisance thyroïdienne qui se manifeste par l’apparition d’un goitre hypothyroïdien. La tortue apathique présente un œdème généralisé des membres antérieurs et de la base du cou.

 

Ce qu’il faut faire : Consultez votre vétérinaire  et modifier l’alimentation de votre tortue.

 

_________________________________________________________________________________

 

15- Ma tortue présente une excroissance de son bec corné. Quelle peut en être la cause ?


L’excroissance démesurée du bec corné appelé aussi bec de perroquet est la conséquence d’une distribution trop fréquente d’aliments non adaptés et mous comme par exemple les fruits (bananes, pommes…) et les légumes (laitues, tomates). Dans la nature, les tortues usent leur bec corné en cherchant leur nourriture qui est constituée d’aliments secs, abrasifs et coriaces. Si les aliments sont trop abondants et mous, elles n’ont pas la possibilité d’effectuer cette opération et leur bec se développe donc exagérément.

 

Ce qu’il faut faire : Il faut limer l’excès de corne tout en maintenant la gueule de la tortue ouverte. Il est préférable d’effectuer cette opération à deux personnes. En guise de prévention, il faut offrir davantage d’espace à vos animaux, privilégier une alimentation naturelle à base de trèfles, pissenlits et laiterons présents dans leur enclos, distribuer des os (seiches et poulets) et éviter au maximum les aliments non adaptés comme les fruits et les légumes.

 

_________________________________________________________________________________

 

16- La carapace de ma tortue est molle. Est-ce grave ?


Oui. Cette affection est appelée ostéodystrophie fibreuse (ou ostéofibrose nutritionnelle) par les vétérinaires spécialisés. Cette maladie du squelette et de la carapace est provoquée par une alimentation pauvre en calcium et riche en phosphore ainsi qu’une hypovitaminose D3 liée à un manque d’exposition aux UVB. Les symptômes se manifestent par une croissance ralentie, un refus de se déplacer et un ramollissement de la carapace qui se décolore. Les tortues atteintes d’ostéodystrophie fibreuse sont nourries à partir d’aliments inadaptés à leurs besoins (banane, melon, laitue, concombre, tomate etc…) et ne bénéficient pas ou trop peu d’exposition aux UVB (lumière naturelle directe ou utilisation d’un néon UVB). 

 

Ce qu’il faut faire : Modifier  le régime alimentaire, augmenter l’exposition au UVB, modifier  les conditions de maintenance.

 

_________________________________________________________________________________

 

17- Les écailles de la carapace de ma tortue présentent une forme pyramidale. Est-ce normal ?


Non. Cette affection est nommée ostéodystrophie hypertrophiante par les vétérinaires spécialisés. Les écailles de la dossière se développent sous la forme d’excroissances pyramidales. Cette apparence spectaculaire justifie l’appellation de « tortues Toblerone », en référence au célèbre chocolat suisse. Cette maladie touche principalement des tortues qui bénéficient de mauvaises conditions de maintenance (manque d’humidité, température constante, …) ou d’un régime alimentaire trop riche en protéines, en calcium, en vitamine A et en vitamine D3 (aliments pour chiens et chats).

 

Ce qu’il faut faire : Modifier la maintenance et l’alimentation des animaux. Les effets de l’ostéodystrophie sont définitifs. Ils s’estomperont un peu avec la reprise d’une alimentation normale.

 

_________________________________________________________________________________

 

18- Un éleveur m’apporte une tortue dont le sommet de la carapace a été scalpé par les lames d’une tondeuse. Que faire ?


Consultez un vétérinaire. Cet animal peut présenter des lésions importantes des poumons et/ou de la colonne vertébrale.

 

_________________________________________________________________________________

 

19- Le pénis de ma tortue est sorti du cloaque et ne rentre pas . Que faut-il faire ? 


Votre tortue souffre d’un paraphimosis ou extériorisation continuelle du pénis. Il faut recouvrir le pénis de compresses imbibées de sérum physiologique stérile. L’application de glaçons sur le pénis peut lui permettre de réintégrer son logement. Si ce n’est pas le cas, il faut consulter un vétérinaire qui décidera de l’ablation chirurgicale. 

 

_________________________________________________________________________________

 

20- Ma tortue a une boule rouge qui ressort de son cloaque. Que lui arrive-t-il ?


Si la tortue est un mâle, vérifiez qu’il ne s’agit pas de son pénis (lire la question 19). Si ce n’est pas le cas, il s’agit d’une descente d’organe ou prolapsus du cloaque. En attendant de consulter rapidement un vétérinaire, recouvrez l’organe exposé d’une compresse imbibée de sérum physiologique.