Je viens de trouver une tortue. Comment identifier correctement l’espèce de cette tortue ?

 

En France, il existe à l’état sauvage trois espèces de tortues : deux sont aquatiques (la cistude d’Europe et l’émyde lépreuse) et une est terrestre (tortue d’Hermann).

 

Depuis une trentaine d’année de nombreuses espèces de tortues exotiques ont été commercialisées en France. La plupart devenant trop encombrantes ont été relâchées dans la nature. Cette situation amplifie la difficulté pour un promeneur non averti d’identifier correctement l’espèce observée. Nous avons tenté à travers la clé de détermination simplifiée suivante d’établir des critères les plus simples et les plus parlant possibles de manière à faciliter l’identification.

 

Cette clé de détermination est valable uniquement pour les espèces indigènes et étrangères les plus couramment rencontrées sur notre territoire.

Il arrive d’observer dans la nature des espèces rares qui sont parvenues à s’acclimater. Dans ce cas, la démarche consiste à photographier l’animal et à nous envoyer les photos. Nous vous répondrons dans les plus brefs délais.

 

 

Clé de détermination simplifiée des tortues les plus couramment

rencontrées en France

 

 

Première étape 

 

S’agit-il d’une tortue terrestre ou d’une tortue aquatique ?

 

1a. Carapace haute et bombée, pattes arrières non palmées ->Se rendre à 2a
1b. Carapace plus ou moins bombée ou plate, pattes arrières palmées ->Se rendre à 2b

 

2a. Tortue terrestre. Peau rugueuse comprenant de nombreuses petites écailles parfois saillantes notamment au niveau des avant-bras. 

2b. Tortue aquatique. Peau lisse dépourvue d’écaille saillante sur les pattes 

 

 

 

 

Seconde étape :

 

De quelle espèce de tortue terrestre s’agit-il ?

 

1a. Coloration de la carapace : contrasté variant du jaune paille au jaune d’or marquée de taches noires disposées de façon régulière sur les écailles de la dossière ->Se rendre à 2a
1b. Coloration de la carapace : variable allant du jaune paille au brun noirâtre, plus ou moins marquée de taches sombres disposées de façon irrégulière sur la dossière  ->Se rendre à 2b
1c. Coloration de la carapace : variable allant du marron roux, au noir anthracite en passant par des teintes cuivrées, marquée de taches sombres disposées de façon irrégulière sur la dossière  ->Se rendre à 2c
1d. Coloration de la carapace : variable du brun noirâtre au noir anthracite. Carapace de forme allongée terminée par des écailles marginales évasées lui conférant un aspect de jupe ->Se rendre à 2d
1e. Coloration générale verdâtre et carapace circulaire ->Se rendre à 2e

 

2a. Tortue d’Hermann : plastron marqué par deux larges bandes noires séparées en leur centre par une ligne médiane claire. La tête est de couleur verdâtre à sombre, souvent dotée d’une tache jaune au niveau des joues. La queue, relativement longue, est terminée par un éperon corné bien développé, surtout chez le mâle. Sa taille atteint 20 cm pour les plus grosses femelles du sud est de la France, jusqu’à 23 cm en Corse.

 

Fiche d'identité

 

2b. Tortue mauresque : plastron présente des taches noires le plus souvent symétriques mais pouvant être disposées de façon irrégulières.

Présence d’une tache claire (souvent jaune) sur le dessus de la tête. Présence de deux tubercules cornés coniques sur la face interne des cuisses.

Absence ou faible développement d’un éperon corné à l’extrémité de la queue. Sa taille atteint 30 cm pour un poids de 4,8 kg.

 

Fiche d'identité

 

2c. Testudo graeca ibera : plastron présente des taches noires le plus souvent symétriques mais peut parfois être uniformément noir. Absence de tache claire sur le dessus de la tête. Présence d’un tubercule corné conique sur la face interne des cuisses.

Absence d’un éperon corné à l’extrémité de la queue. Apparence générale beaucoup plus massive et robuste que la tortue mauresque. Sa taille atteint 39 cm pour un poids de 6 à 7 kg.

Fiche d'identité

 

 

2d. Tortue bordée : plastron uniformément clair doté de taches triangulaires marron foncé le plus souvent symétriques. Tête et pattes de couleur foncée à noire. Absence d’un tubercule corné conique sur la face interne des cuisses (présent toutefois dans certains cas).

Sa taille atteint 38 cm de longueur pour un poids de 3 à 4 kg.

Fiche d'identité

 

 

2e. Tortue des steppes : carapace basse et circulaire. Pattes avant courtes et robustes. Membres antérieurs terminés par quatre doigts à chaque main et par quatre griffes. Couleur de la carapace varie du brun à l’olivâtre avec des taches noires plus ou moins étendues. Plastron foncé excepté les zones claires qui correspondent à la séparation des écailles. Sa taille est de 28 cm de long pour un poids de 2 kg.

 

Fiche d'identité

 

 

 

 

Troisième étape :

 

De quelle espèce de tortue aquatique s’agit-il ?

 

1a. Coloration de la carapace : noire mouchetée de petits points jaunes ->Se rendre à 2a
1b. Coloration de la carapace : verdâtre ou brunâtre  ->Se rendre à 2b
1c. Coloration générale olivâtre à brunâtre avec une tache rouge vif en arrière de l’œil ->Se rendre à 2c

 

 

2a. La cistude d’Europe : carapace ovale et plate. Coloration de la dossière noir ou brunâtre mouchetée de petits points jaune vif qui forment dans certains cas des lignes fines disposées en étoile sur les écailles de la dossière. Plastron jaunâtre ou rougeâtre plus ou moins tacheté de noir.

La tête et les pattes sont également tachetées de jaune vif. Queue longue et effilée.

Sa longueur n’excède pas 18 cm pour la femelle et 16 centimètres pour le mâle.

 

Fiche d'identité

 

2b. L’émyde lépreuse : carapace de forme quadrangulaire, plate et pourvue d’une carène vertébrale bien visible. Ches les jeunes, la carapace est ornée d’une tache orange disposée au centre de chaque écaille costale. Plastron uniformément jaunâtre chez l’adulte, marqué de tache noire chez les jeunes et les subadultes. Tête et pattes sont de couleur verdâtre avec des motifs linéaires jaune et orange. Les jeunes possèdent, en arrière de l’œil, une petite tache orangée qui s’estompe avec l’âge. Sa longueur de carapace atteint 25 cm pour la femelle et 19 cm pour le mâle.

 

Fiche d'identité

 

2c. La tortue à tempes rouges : carapace ovale plus ou moins bombée (plate chez les mâles et bombée chez les femelles). Couleur générale olivâtre à brunâtre, plus ou moins marquée de jaune et de noir. Les juvéniles sont entièrement verts. Le plastron est jaune avec des taches noires symétriques qui forment des ocelles chez les jeunes. Les pattes et la tête sont verdâtres marquées de lignes jaunes successivement larges et fines. La tête possède en arrière de l’œil une tache allongée rouge vif. Sa longueur atteint 30 cm.

 

Fiche d'identité

 

Si vous n’avez pas réussi à identifier la tortue que vous avez trouvé, allez directement à l’étape 4 

 

 

 

 

Quatrième étape :

 

Quelles sont les espèces de tortues aquatiques non indigènes que l’on peut rencontrer le plus couramment en France ?

 

 

La tortue à tempes rouges n’est pas la seule espèce non indigène à avoir été introduite en France. De nombreuses autres espèces peuvent se rencontrer de manière fortuite dans notre pays. Il s’agit la plupart du temps de tortues qui sont originaires des USA mais également du sud-est asiatique (le trionyx de Chine par exemple). La liste ci-après a été établie à partir des tortues les plus couramment apportées au refuge :

 

 

La chélydre serpentine (Chelydra serpentina). Fiche d'identité

 

La tortue alligator (Macrochelys temminckii).  Fiche d'identité

 

Le trionyx épineux (Apalone spinifera). Fiche d'identité

 

Le trionyx de Chine (Pelodiscus sinensis). Fiche d'identité

 

Le cinosterne odorant (Sternotherus odoratus). Fiche d'identité

 

L'émyde de Reeves (Mauremys reevesii). Fiche d'identité

 

La clémmyde à gouttelettes (Clemmys guttata). Fiche d'identité

 

La chrysémyde du Sud (Chrysemys picta dorsalis). Fiche d'identité

 

La graptémyde pseudogéographique du Sud (Graptemys pseudogeographica kohnii).  Fiche d'identité

 

La pseudémyde concinne (Pseudemys concinna). Fiche d'identité

 

La trachémyde à tempes jaunes (Trachemys scripta scripta). Fiche d'identité

 

 

 

 

Espèces terrestres proches

 

-->SAVOIR DISTINGUER LES ESPÈCES TERRESTRES PROCHES